Museoak.bizkaia.eus utilise des cookies propres et de tiers pour améliorer le service et obtenir des informations statistiques sur les habitudes de navigation. Si vous continuez à naviguer, vous autorisez implicitement leur utilisation. Pour plus d’informations, veuillez consulter le chapitre Cookies

 

Musées

  • Musée de l’Athletic Club...
    2014ko maiatzean idatzi zen plan museologikoa eta museoaren gidaritza-plana; hau da, zer tankeratako museoa eraiki nahi genuen, zertarako eta norentzat. Asmoa zera zen, museoak zale zuri-gorrien itxaropenei erantzutea, eta, aldi berean, kanpoko bisitarien interesa piztea, gure kirol-filosofia berezia ezagutu dezaten.
  • Musée archéologique de Biscaye...
    Centre de référence des recherches archéologiques en Biscaye, le Musée Archéologique en est aussi le canal de diffusion, puisque ses missions visent à faire connaître l´histoire du territoire, à encourager les études archéologiques et à garantir le dépôt, la conservation et la restauration des matériels archéologiques. Son exposition permanente nous transporte des premiers âges de l´humanité sur notre territoire, il y a plus de 100.000 ans, jusqu´aux époques historiques. Musée archéologique de Biscaye
  • Grotte de Santimamiñe
    FERMÉE (ALERTE ORANGE) Pendant une grande partie du siècle passé, la grotte de Santimamiñe a été un site de référence sur notre territoire. Des décennies durant, des générations successives de Biscayens ont pu parcourir ses galeries et contempler ses peintures et ses gravures rupestres. Aujourd´hui, après 90 ans de visites, un travail de nettoyage à fond et de conservation de la grotte, authentique trésor géologique, artistique et archéologique, s´impose. Grâce à une présentation renouvelée, en partie physique et en partie virtuelle, le public aura l´occasion de connaître et de profiter l´ensemble de façon durable et responsable. Grotte de Santimamiñe
  • Bois d’OMA
    Le Bois d´Oma, une des œuvres les plus connues de l´artiste basque Agustín Ibarrola, est une expression du dénommé "Land Art", mouvement artistique surgi à la fin des années soixante du XXe siècle qui a pour but de transférer le travail artistique à la nature, en utilisant le paysage comme cadre, support et matière première. Au fur et à mesure que nous marchons dans le Bois, les figures se font et se défont sous nous yeux ; parfois la silhouette d´un seul arbre se suffit à elle-même, et parfois aussi il est nécessaire d´observer l´ensemble de plusieurs arbres pour comprendre l´œuvre. De plus, la perception des figures varie selon l´angle d´observation : les figures se transforment. En définitive, une visite personnalisée, avec laquelle l´artiste parvient à placer le visiteur le centre de sa création. Bois d’OMA
  • Musée du Txakoli
    Pour nous faire connaître les caractéristiques et le processus d’élaboration du txakoli, un vin original, unique et à caractère marqué, le Txakolingunea de Bakio déploie toute une batterie de moyens audiovisuels et interactifs. Nous découvrirons ainsi l’histoire de ce vin et l’évolution qui a transformé ces dernières années le txakoli et les caves productrices. Fidélité aux valeurs d’antan, mais aussi intérêt pour les nouvelles technologies et introduction d’innovations dans l’élaboration traditionnelle, beaucoup de travail aussi, tout a concouru pour faire du txakoli un vin réputé et prestigieux. Nous verrons aussi que, même si le txakoli blanc est le plus connu et le plus produit, certaines caves élaborent du txakoli rosé ou ojo de gallo, de moindre production mais tout aussi original et intéressant. Musée du Txakoli
  • Ensemble historique de Forua
    Le village romain de Forua se situe sur la colline d’Elejalde (Forua), sur la rive gauche de la rivière Oka, dans le cœur d’Urdaibai. Il fut fondé au Ier siècle ap. J.-C. sur une superficie de 6 hectares et se développa de façon continue jusqu’au Vème siècle ap. J.-C. D’après le nom actuel de la localité de Forua, on peut interpréter que le village romain était un forum (marché et tribunal) qui, durant cette période, regroupa les populations des alentours et articula l’influence de Rome sur la vallée. De même, à partir de sa situation au long de la rivière, il est possible d’affirmer qu’il fut un important port fluviale pour l’entrée de produits manufacturés en Biscaye et pour l’exportation de marbre d’Ereño et de fer de la zone au reste du Cantabrique. Le site, en procès de fouille just à 2012, a découvert l’existence de catorze structures de différentes typologies et usages, bâties en maçonnerie de grès. Outre les cabanes et les maisons occupées par les habitants, on a localisé plusieurs fours métallurgiques pour la fonderie de fonte et quelques forges destinées à la fabrication d’outils, armes et barres de métal. Dans le sous-sol de l’église paroissiale de San Martín de Tours, les plans de deux places à arcades superposées de chronologie romaine (Ier siècle ap. J.-C.) ayant un rapport avec le possible forum ont été documentés dans la dernière décennie. Au-dessus de ces vestiges et à l’intérieur du temple chrétien, on a retrouvé plusieurs nécropoles médiévales et les traces d’une église gothique antérieure à l’actuelle église de style renaissance (XVIème siècle). LE VILLAGE ROMAIN DE FORUA
  • Pont Bizkaia
    Nous devons le projet à Alberto de Palacio, avec lequel a collaboré Ferdinand Arnodin. Il a été officiellement inauguré le 28 juillet 1893. En 1902, à l´occasion de la visite du roi en Biscaye, le Pont est équipé d´un éclairage électrique. Le Pont a également souffert les aléas de la guerre civile, puisque son tablier fut détruit par les républicains, puis reconstruit en 1941. En 1998, la cinquième nacelle a été inaugurée et en 1999 la passerelle a été adaptée pour que le public puisse admirer sa structure de l´intérieur. Les deux interventions ont été réalisées avec un maximum de respect pour les formes de cet ouvrage d´ingénierie génial. Depuis 1893, environ 650 millions de personnes ont traversé la ria dans sa nacelle. La distance parcourue par elle représente environ 31 tours de la Terre. Le 13 juillet 2006, il a été classé au patrimoine mondial de l´UNESCO. Une promenade de 160 mètres à 50 mètres de hauteur qui fera de votre visite une expérience inoubliable. Pont Bizkaia
  • Oppidum d’Arrola
    L’Oppidum d’Arrola est un des plus importants villages autochtones du Cantabrique oriental. Bâti au sommet de la chaîne de montagnes de Gastiburu au IVème siècle av. J.-C., la forteresse était le centre urbain qui articulait la vie en Urdaibai jusqu’au Ier siècle ap. J.-C. Le bourg, situé au mont Arrola, est aujourd’hui réparti entre les localités d’Arratzu, Nabarniz et Mendata, et couvre une superficie de 16 hectares. Ce type de forteresse ou castro est la manière plus habituelle d’occuper le paysage pendant l’Âge du Fer, et l’Oppidum d’Arrola en est l’exposant le mieux conservé de toute la Biscaye. Outre son extension, on doit aussi considérer ses monumentales défenses, incluant des remparts, fossés et portes fortifiées. La porte nord-ouest, qui a été fouillée et restaurée, est disposée comme un corridor labyrinthique exposant l’attaquant par tous les flancs. De plus, la forteresse dispose de deux entrées : une au sud, que l’équipe est en train d’étudier actuellement, et une au nord. Pour connaître à fond la vie dans l’Oppidum d’Arrola, la visite se complète au centre d’interprétation Arrolagune (Arratzu), où l’on peut contempler la reconstitution historique d’un village à grandeur naturelle, ainsi comme les outils et instruments plus utilisés par les habitants d’Arrola. /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tabla normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-bidi-font-family:"Times New Roman";} L´ OPPIDUM D´ ARROLA
  • Musée Margarita María. De Berr...
    Le couvent mercédaire de la Vera Cruz nous réserve une surprise. Il abrite un Musée qui nous conduit de Berriz jusqu´aux endroits les plus reculés de la planète. Un voyage de presque 500 ans guidé par des œuvres d´art, des documents, photographies, films et autres écrans interactifs... Le Musée s´ouvre sur l´histoire du propre couvent depuis sa fondation en 1540. Ensuite, il nous raconte l´étonnante vie et les œuvres de Margarita María López de Maturana, entrée au couvent à la fin du XIXe siècle et responsable du passage de la clôture à l´Institut Missionnaire des Mercédaires Missionnaires de Berriz. Une institution renouvelée, à l´avant-garde dès sa création et qui, pendant près d´un siècle, avec l´annonce évangélique, a aidé d´innombrables femmes en situation précaire de différents pays à trouver leur juste place dans la société. Nous pouvons ainsi suivre le processus de transformation, l´implication de tout le couvent, les premières expéditions missionnaires sorties de Berriz, leur travail sur les lieux de destination... Et enfin un troisième ensemble évoque l´activité actuelle des MMB. À partir de l´analyse de la réalité économique et sociale de chaque pays, nous découvrons leur travail en réponse à la situation et aux besoins d´aujourd´hui. Musée Margarita María. De Berriz au monde entier

Logo de la Diputación Foral de Bizkaia